Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2016 2 16 /08 /août /2016 10:00

16 août 1946 -----> 16 août 2016 = 70 ans

Bonne entrée chez les Septuagénaires !

La Menteuse compulsive

  menteuse compulsive

Que dit son entourage actuellement ?

« Elle a sali le directeur du FMI ...

« Elle a sali sa famille ...

« Maintenant sa vie est foutue ! »

Il n'est pas nécessaire d'être un spécialiste de droit ou d'affaires criminelles pour se rendre compte du peu de sérieux du témoignage de la femme « agressée » par DSK.

Le mensonge est une pratique courante des femmes qui tentent de s'octroyer ou de se faire octroyer des indemnités ou simplement une reconnaissance de la société, soit par impuissance à trouver leur place, soit par cupidité.

De nombreux témoignages peuvent ainsi être apportés au moulin de la vérité.

Dans son ouvrage « Le vide-ordure », l'auteur Marc Robert CONSTANT développe la façon dont l'héroïne a tenté de berner la gendarmerie, les tribunaux, la justice, les avocats, mais aussi les maires, les amis et connaissances de son mari. Elle a usé de tous les moyens à sa convenance que son esprit d'imagination « machiavélique et pervers » lui a permis de mettre en place, et dont l'utilisation à outrance a démontré leur illégalité.

  • 1°) Tentative de tromperie des autorités de gendarmerie et judiciaires. Elle a fait intervenir la gendarmerie et les services de déminage contre son mari pour « piégeage de leur maison », prétendant de plus qu'il avait proféré des paroles de destruction. Le procureur a compris son « petit jeu de massacre » et ne lui a accordé qu'un euro de dommages et intérêts, pour justifier le déplacement des autorités.

Piégeage de la maison de Marsilly

  • 2°) Accusations mensongères successives :

  • elle accuse son mari de destruction de l'antenne de télévision

  • elle prétend n'avoir jamais reçu de cadeau

  • ni aucun courrier alors qu'elle a signé le reçu correspondant

  • ni deux chèques qu'elle a pourtant endossés, aux dates indiquées

  •  

    PREUVES à l'APPUI : débit du compte courant de Monsieur :

     

Débits CCP au 22 janvier 1999

  • 3°) Elle invente  une série de vols imaginaires :

  • vol de collections qu'elle prolongera par un dépôt de plainte au procureur contre des témoins, et dont elle sera déboutée

  • vols de biens personnels au domicile de Monsieur

  • d'autres vols de biens personnels au domicile de Madame ... ...

 

  • 4°) Elle réclame des sommes indues :

  • elle s'octroie elle-même des dommages et intérêts

  • elle réclame le remboursement des intérêts de ses prêts en argumentant faussement, dans la même phrase, déclarant son mari co-emprunteur mais justifiant qu'il ne peut emprunter

  • elle réclame même de l'argent invisible

  • elle réclame la valeur d'une cuisine qui lui appartient, qu'elle prétend "intégrée", qu'elle possède et qu'elle conserve

  • elle prétend avoir droit au remboursement d'un véhicule qu'elle a pourtant vendu elle-même

  • PREUVE à l'APPUI : elle fournit le justificatif de la vente de son véhicule :

Vehicule-recupere---20-dec-2005-copie-1.jpg

  • elle réclame des travaux futurs pour son simple « confort personnel »

  • elle récapitule toute une série de demandes farfelues sous des prétextes mensongers et injustifiés ... ...

 

  • 5°) elle essaie de s'opposer à la vérité

  • en déniant le médecin traitant de son mari, ce dont elle sera déboutée.

  • en se déclarant elle-même la victime :

Réduction à néant

  • etc... etc... (la liste est longue)

  • EN DÉFINITIVE, elle propose une soulte pour solde de tout compte, sous la menace d'un « jugement de tribunal » c'est-à-dire d'un partage judiciaire.

  •  

  • AU FINAL, le Tribunal de Grande Instance tranche le 27 janvier 2011. Madame est contrainte de se plier au jugement devant le notaire qui régularise la situation des deux protagonistes : Monsieur reçoit la somme de [180 000 € :2] + 13 429,24 € soit 103 429,24 €

  •  

Madame J....M.... M.... se rangeant (enfin !!!!) aux arguments de son avocate, décide de ne pas faire appel, ayant encore perdu près de 23 500 € par rapport à la proposition faite par son ex-mari B...M...J..., deux ans auparavant, lors qu'un simple appel téléphonique entre avocates.

In « Le vide-ordure » de Marc-Robert CONSTANT

Moralité :  « Rien ne sert de mentir »

 

Additif : Une leçon à méditer :

« L'homme qui criait au loup »

Il était une fois un jeune berger qui gardait tous les moutons des habitants de son village. Certains jours, la vie sur la colline était agréable et le temps passait vite. Mais parfois, le jeune homme s’ennuyait.

Un jour qu’il s’ennuyait particulièrement, il grimpa sur la colline qui dominait le village et il hurla : « Au loup ! Un loup dévore le troupeau ! » 

A ces mots, les villageois bondirent hors de leurs maisons et grimpèrent sur la colline pour chasser le loup. Mais ils ne trouvèrent que le jeune garçon qui riait comme un fou de son bon tour. Ils rentrèrent chez eux très en colère, tandis que le berger retournait à ses moutons en riant toujours.

Environ une semaine plus tard, le jeune homme qui s’ennuyait de nouveau, grimpa sur la colline et se remit à crier : « Au loup !  Au loup ! Un loup dévore le troupeau ! » 

Une nouvelle fois, les villageois se précipitèrent pour le secourir. Mais point de loup, rien que le berger qui se moquait d’eux. Furieux de s’être fait avoir une deuxième fois, ils redescendirent au village.

Le berger prit ainsi l’habitude de leur jouer régulièrement son tour… Et chaque fois, les villageois bondissaient sur la colline pour trouver un berger qui riait comme un fou !

Enfin, un soir d’hiver, alors que le berger rassemblait son troupeau pour le ramener à la bergerie, un vrai loup approcha des moutons… 

Le berger eut grand peur. Ce loup semblait énorme, et lui n’avait que son bâton pour se défendre… Il se précipita sur la colline et hurla : « Au loup !  Au loup ! Un loup dévore le troupeau ! »  

Mais pas un villageois ne bougea… « Encore une vieille farce ! dirent-ils tous. »

Comme les gens du village pensaient qu'il s'agissait de nouveau d'un mauvais tour, aucun n'accourut cette fois à son aide.

Lorsque la nuit arriva, les villageois se demandèrent où était le jeune berger. Ils le trouvèrent en pleurs « Il y avait un loup ! J'ai crié mais personne n'est venu. Maintenant tous mes moutons se sont enfuis » leur expliqua-t-il tristement …

« Nous t'aiderons demain matin à les retrouver » répondirent les villageois.

« Mais souviens-toi à l'avenir que personne ne croit un menteur, même quand il dit la vérité »

d’après Esope…


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pajani Bernard-Marie - dans Livre "Leçons de vie"

Présentation

  • : Le blog d'un écrivain savoyard
  • Le blog d'un écrivain savoyard
  • : Activité littéraire de l'auteur. Activité des collectionneurs philatélistes, timbrés, cartophiles, génalogistes,... des Sources du Lac d'Annecy - Pays de Faverges (Haute-Savoie). Le contenu de ce site est protégé par un droit d'auteur. Cependant il est autorisé de réaliser des copies pour votre usage personnel en y joignant un lien et après autorisation préalable de l'auteur.
  • Contact

Profil

  • Pajani Bernard-Marie
  • J'ai parcouru tout le territoire savoyard, d'Ugine à Thonon, en passant par Faverges, La-Roche-sur-Foron, Bonneville, Albertville, Sevrier, Annecy pour revenir à Faverges.
Je suis aussi à la recherche des camarades des classes fréquentées.
  • J'ai parcouru tout le territoire savoyard, d'Ugine à Thonon, en passant par Faverges, La-Roche-sur-Foron, Bonneville, Albertville, Sevrier, Annecy pour revenir à Faverges. Je suis aussi à la recherche des camarades des classes fréquentées.

Compteur

un compteur pour votre site

Recherche