Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 05:56

> > > Après quinze ans de mariage et de fréquentes disputes, un couple se décide à consulter un conseiller conjugal.
> > > L’épouse se lance immédiatement dans une longue tirade passionnée où elle détaille chaque petit problème de couple survenu pendant ces 15 années

> > > Et encore, et encore, et encore : « il ne m’aime plus..., il me néglige..., il me laisse seule..., il ne me donne pas d’affection..., etc... etc...
> > > Finalement, après l’avoir patiemment écoutée, le thérapeute se lève, fait le tour de son bureau, demande à la femme de se lever et il l’embrasse longuement, avec fougue et passion.
> > > La femme, enfin silencieuse, se rassoit  calmement, l’air béat, comme sur un nuage.
> > > « Voilà, dit le thérapeute au mari, ce dont votre épouse a besoin, chaque jour …Et j’insiste : chaque jour de la semaine ! Sommes-nous bien d’accord ? »
> > > Le mari, après quelques instants de réflexion : « Du lundi au vendredi, pas de problème, je peux vous l’amener ici chaque matin, mais le week-end, je peux pas, je joue au golf.» 

Repost 0
Published by Pajani Bernard Marie - dans Livre "Leçons de vie"
commenter cet article
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 08:12

Une relation est normalement basée sur la confiance, l’échange et le respect. Pourtant, le conjoint peut parfois culpabiliser, dévaloriser, semer la zizanie… Bref, chercher à vous manipuler ! Alors comment reprendre confiance en vous quand votre amoureux se révèle être un vampire affectif ?

On vit ensemble et on n’est pas heureux. Au départ, tout roule, et puis jour après jour, la situation se dégrade... Rien à voir avec la routine qui peut s’installer dans un couple. Non, il s’agit parfois de véritables relations toxiques !

Que faire quand votre conjoint vous dévalorise et vous fait culpabiliser, pour finalement mieux vous manipuler ? "Un contact prolongé engendre des sentiments d’agressivité, de peur ou de tristesse" raconte Isabelle Nazare-Aga, thérapeute comportementaliste. Sans vous séparer, apprenez comment reprendre le dessus et vous affirmer dans votre couple ! La stratégie est simple : identifier le type de conjoint manipulateur, puis se protéger de ce fléau relationnel.

Le manipulateur vous dénigre à votre insu

Il vous choisit comme partenaire et pourtant, c’est fou le mal qu’il se donne à dire des horreurs sur vous, l’air de rien, auprès de vos amis. "Frédérique, un cordon bleu, vous voulez rire." Le conjoint manipulateur vous bombarde de critiques, qui sapent votre confiance en vous.

L’avis du psy :

Vous trouvez ces réflexions anodines. En réalité, ce n’est pas l’égratignure ponctuelle de votre estime de soi qui est dangereuse, mais la fréquence des messages négatifs. Pour vous revaloriser, cultivez vos compétences dans le milieu professionnel par exemple, loin de son emprise.

Le manipulateur vous isole du reste de la société

Il ronronne à l’idée de vous voir trimer au boulot. Mais il se révèle capricieux si vous faites preuve d’indépendance, comme accepter une invitation (à dîner, au théâtre, en week-end), sans lui. Son système de pensée exige que tout moment libre de l’un doit être accordé à l’autre.

L’avis du psy :

Votre malaise est diffus et vous vous sentez partagé. Dès que vous pratiquez une activité sans lui, vous culpabilisez. Si vous lui cédez, votre frustration est de taille. Positionnez-vous, sans tarder. Faites valoir le fait que vos désirs ont autant de valeur que les siens.

Le manipulateur est d’une jalousie dévorante

Il aspire à une relation exclusive, et ne souffre aucun "concurrent" éventuel. Mais le manipulateur est capable de pratiquer un double jeu. Dans les soirées, son numéro de séduction auprès du sexe opposé côtoie fréquemment sa jalousie vis-à-vis de ceux qui vous approchent.

L’avis du psy :

Vous essuyez des scènes récurrentes où il cherche des preuves de votre infidélité. Adoptez la tactique du brouillard : surtout n’entamez pas un bras de fer avec lui, vous décuplez son animosité. Mais contentez-vous de feindre la surprise sans argumenter réellement.

Le manipulateur prêche le faux pour savoir le vrai

La communication avec lui prend des allures de chemin labyrinthique. Tous les prétextes sont bons pour semer la confusion. Ainsi il s’arrange pour poser une question incluant un élément erroné : "Tu savais qu’Eric avait une maîtresse ?". "Je sais que tu es allé voir la voisine... Une personne très très proche me l'a dit !"

L’avis du psy :

Si votre ami tombe juste, vous risquez d’être troublé. Efforcez-vous de cacher votre émotion et décodez la signification sous-jacente de ses propos (mimiques, tons de voix, regards). Epuisant mais radical pour faire la part du vrai et du faux.

D'après Catherine Maillard - 14 août 2009

Repost 0
Published by D'après Catherine Maillard - dans Livre "Leçons de vie"
commenter cet article
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 00:00

"Tu n'as pas très bonne mine" ...

"J'en ai marre de tes parents" ...

"Je veux vivre dans mes meubles" ...

"Tu ne fais jamais rien pour moi"…

"On ne part jamais en vacances"...

Parfois, des remarques anodines se répètent et transforment la vie en enfer ! Ne vous y trompez pas, c'est du harcèlement moral ! Au sein du couple, il peut avoir des conséquences très lourdes. Mieux vaut réagir !

Ce que vous faîtes n'est jamais bien, que ce soit votre hobby ... qu'elle ne partage pas ..., ou l'éducation de ses enfants .. qui sont géniaux. Certaines personnes ont l'art de la remarque perfide, et ce de manière répétée. Résultat : baisse de moral, d'estime de soi et fatigue chronique… Les psy appellent ça le harcèlement moral. On en parle dans le cadre de la vie professionnelle, elle existe également au sein du couple. Comment le repérer et essayer d'y mettre le holà ?

Le poison de l'amour

Certaines paroles apparemment anodines, certaines allusions, peuvent êtres déstabilisantes. Elle vous reproche l'air de rien l'argent que vous dépensez, dans un dîner quand vous parlez, elle lève les yeux au ciel, l'air gênée... Ces messages négatifs, sont de véritables poisons, des toxines comme les appellent Jacques Salomé, le spécialiste en relations humaines. En clair, votre "doux" amour se valorise en vous rabaissant, et vous définit en négatif. D'après la psychanalyste Marie France Hirigoyen, "le harcèlement moral" peut débuter par un abus de pouvoir, se poursuit par un abus narcissique au sens où l'autre perd toute estime de soi". Dans la vie de tous les jours, le harcèlement moral entraîne effectivement le doute, le manque de confiance en soi et s'accompagne d'une véritable souffrance intérieure.

Son but : rester en position dominante

Il est souvent difficile de repérer le harcèlement moral, les agressions sont subtiles, et le harcelé imagine qu'il s'agit d'une relation conflictuelle, comme il en existe beaucoup dans les couples. En réalité, la situation est plus perverse. Le harceleur pratique souvent ce que les psy appellent l'emprise. La plupart du temps s'engager lui fait terriblement peur. Sa stratégie : il vous maintient à distance dans des limites qui ne lui paraissent pas dangereuses. En vous étouffant, tout en vous maintenant "à disposition". Il vous fait subir ce qu'il redoute le plus : être envahi. Objectif : rester en position dominante. Si parler de projets communs (désir de vacances, de voyage, d'une soirée entre amis) est toujours reporté à demain, si vous avez pris l'habitude de vous censurer, parce qu' elle vous dit inintéressant, vous êtes certainement sous son emprise.

Tout est dans la répétition

Disqualifier est un art que pratique avec brio le harceleur. "Son objectif consiste à retirer à quelqu'un toute qualité, de lui dire et de lui répéter qu'il ne vaut rien, jusqu'à l'amener à le penser" écrit Marie-France Hirigoyen. Les messages négatifs sont de plusieurs formes. De manière plus ou moins directe, elle peut se moquer de vos convictions, se gausser de vos points faibles, mettre en doute vos capacités de jugement et de décision. Dans le registre de la communication non verbale, elle utilise des regards méprisants, des soupirs excédés, ou bien des critiques dissimulées dans une plaisanterie. Le harcèlement se fait non pas ponctuellement mais dans la répétition.

Reprenez confiance en vous !

La plupart du temps, on reste dans ce couple insatisfaisant, par peur de la solitude. Mais n'oubliez pas que face à un persécuteur, on ne gagne jamais. Commencer un bras de fer avec lui est fortement déconseillé. Une fois que vous avez repéré le processus, il va vous falloir agir fermement sans craindre de conflit. Jacques Salomé, dans son livre "Le courage d'être soi", conseille de se définir et de faire passer ses désirs avant de se laisser imposer ceux de la persécutrice. C'est apprendre à dire un non de positionnement. S'en sortir tout seul est difficile car ces paroles viennent certainement faire écho à une fragilité identitaire, ou à un manque d'estime de soi antérieur. La présence d'un entourage bienveillant ou d'un thérapeute est souvent nécessaire. N'oubliez jamais que même s'il existe des éléments ponctuels d'emprise dans le couple, la relation doit être gratifiante et vous envoyer principalement des messages positifs.

D'après Catherine Maillard - le 10 février 2009

Repost 0
Published by D'après Catherine Maillard - dans Livre "Leçons de vie"
commenter cet article
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 13:50

Après le harcèlement sexuel, le harcèlement psychologique


Dimanche 27 Juin 2004

Allongé sur mon lit d'hôpital, je supporte depuis novembre 2003 ses réflexions au téléphone, sans jamais rien dire ; au contraire, je l’écoute, je tâche de comprendre qu’elle est seule et que ce n’est pas facile tous les jours pour elle. Elle me parle sans cesse d’elle et me dit que je suis bien entouré … bien choyé … que j’ai toutes les femmes que je veux … elle me demande si elles baisent bien … C’est un JEU, pour elle, que de ne parler que de SEXE, de CUL, elle s’amuse d’autant qu’elle est en manque … mais moi, ça m’use, à la longue … j’en ai marre de ses réflexions ! …

Je décide d’écrire ce qu’elle me dit, pour mémoire. … Egalement, lorsqu’elle appelle depuis Sevrier, c’est sur ma ligne personnelle, elle appelle tous les soirs, … mais lorsqu’elle appelle d'Ars-en-Ré, comme c’est sur la sienne, elle ne m'appelle plus qu'une à deux fois par semaine, seulement … pingrerie ?

Les critiques … les réflexions … les remarques… cela devient vraiment infernal … !
Aujourd'hui JESS va faire une brocante à Marceau, toute la journée. Le soir, elle me téléphone tout de suite, sans déballer ses affaires, et, hors d'elle, me dit d'un ton irrité que je perçois très bien, et qui ne souffre pas de réponse :

« Quelqu’un est venu !»

JESS sait pourtant bien que l'ordinateur est en panne depuis quelques temps, pour l'avoir utilisé de façon inadéquate. Elle ne peut accuser personne puisqu'elle est la seule à s'en servir depuis neuf mois. (Je découvrirai plus tard qu'elle a effacé tous les fichiers la concernant - et qu'ainsi, elle avait préparé son divorce et sa manipulation depuis bien longtemps). Sans doute a-t-elle effacé un fichier ".exe" sans s'en apercevoir.

JESS sait pertinemment que c’est mon frère qui est venu réparer l’ordinateur du Club. Elle savait depuis longtemps que cela devait être fait ; mais ceci s’étant réalisé dans la précipitation, elle n’a donc pu être avertie, elle qui n’a qu’un mobile qui ne fonctionne pas, faute de vouloir dépenser pour s'acheter une recharge. Eternelle pingrerie de sa part !

« On viole mon intimité !» dit-elle.

Traduction en langage sensé : mon frère technicien en informatique, est rentré dans l’appartement pour réparer l’ordinateur en panne.

Je réponds : « Il n’y a pas de viol car tu n'as rencontré personne. Il n’y avait pas d’intimité car l’ordinateur du Club se trouve sur mon bureau. De plus, tu sais très bien que c'est toi qui l'as mis en panne et que je dois le faire réparer !»

Elle parle de son lit défait, ... de ses sous-vêtements épars, ... de la vaisselle non faite ... cherchant des prétextes à récriminations, car je sais qu’elle fait toujours son lit, quelles que soient les circonstances, elle ne laisse jamais traîner aucun sous-vêtement qu’elle met dans la corbeille à linge dès la veille au soir et sort un vêtement propre aussitôt pour le lendemain. Le reste n’est qu’affabulation !

Elle attaque sur un autre registre :

« Bernadette et Joseph sont inhumains, ils ne sont pas allés voir Joan à l’Hôpital d’Annecy. Ils auraient pu aller voir leur belle-soeur !»

Joseph a 85 ans et sa vision est de plus en plus mauvaise ; il doit se faire opérer, conduire est devenu dangereux pour lui. Bernadette a 83 ans et vient d’être opérée des deux yeux pour des cataractes et, de plus, elle s’est cassée le poignet droit en chutant, bousculée par la porte d'entrée de la banque. Joan ne reconnaît plus personne, même pas son mari qui vient la voir tous les jours, elle plonge de façon inévitable dans la maladie d’Alzheimer.

Le lendemain, 28 juin, JESS se rend chez mes parents et va les insulter à un point tel que ma mère s’est mise à pleurer tandis que mon père cherchait à la faire taire mais ne parvenait pas à endiguer ses flots de paroles.

Quand JESS est hors d'elle, elle ne se rend même pas compte de ce qu'elle peut dire, les mots sortent de sa bouche comme un torrent qui déferle, les phrases sont débitées à une cadence infernale, sans interruption, les insultes pleuvent, cela devient un véritable déferlement de mots grossiers, injurieux ...

Et c'est ainsi que, depuis ce jour, elle va entamer une « guerre inlassable », de critique systématique de mon entourage, de mes parents qui pourtant l'hébergent, de mes enfants, de mes frères et soeurs, de mes amis, lors de chacune de nos communications téléphoniques puis plus tard, en direct.

Aussi, je décide d’écrire le plus souvent possible, … mais, au début, je n’arrive pas à le faire de façon systématique … tellement je n’écoute plus ce qu’elle me dit … j'éloigne le combiné de mon oreille et le reprends un moment après ... elle parle toujours mais je n'ai rien entendu ... C'est ainsi plus reposant !

Extrait de "Le Harcèlement conjugal - Grande cause nationale 2010"  de Marc Robert CONSTANT
(à suivre)

Repost 0
Published by Pajani Bernard-Marie - dans Livre "Leçons de vie"
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'un écrivain savoyard
  • Le blog d'un écrivain savoyard
  • : Activité littéraire de l'auteur. Activité des collectionneurs philatélistes, timbrés, cartophiles, génalogistes,... des Sources du Lac d'Annecy - Pays de Faverges (Haute-Savoie). Le contenu de ce site est protégé par un droit d'auteur. Cependant il est autorisé de réaliser des copies pour votre usage personnel en y joignant un lien et après autorisation préalable de l'auteur.
  • Contact

Profil

  • Pajani Bernard-Marie
  • J'ai parcouru tout le territoire savoyard, d'Ugine à Thonon, en passant par Faverges, La-Roche-sur-Foron, Bonneville, Albertville, Sevrier, Annecy pour revenir à Faverges.
Je suis aussi à la recherche des camarades des classes fréquentées.
  • J'ai parcouru tout le territoire savoyard, d'Ugine à Thonon, en passant par Faverges, La-Roche-sur-Foron, Bonneville, Albertville, Sevrier, Annecy pour revenir à Faverges. Je suis aussi à la recherche des camarades des classes fréquentées.

Compteur

un compteur pour votre site

Recherche