Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 05:44

 

La famille ODÉ ou AUDÉ

La famille AUDÉ vient à Annecy vers le début du XVIIe siècle tel qu'en témoigne l'acte de réception de Claude AUDÉ dans la bourgeoisie d'Annecy du 9 mars 1628.

« Au neufviesme mars mil six centz vingt huict, sur la requeste présentée par honorable Claude filz de feu Claude AUDÉ de Modane en Maurienne tendant à ce qu'il pleust à la ville le recepvoir et aggréger au nombre des Bourgeoys d'Icelle, Attendu qu'il y faict son effectuelle demeure des quelque temps

« La Ville a receup et recoipt au nombre des Bourgeoys d'Icelle, le Susnommé Claude filz de feu Claude AUDÉ de Modanne en Maurienne Marchand espissier moyennant la somme de Unze ducattons un Selliot et musquet garny de la bandollière et forchette qu'il auroit promis payer par foy et serment a l'obligation de sa personne et biens presentz et advenir qu'il se constitue tenir le jour et feste de pentecostes prochain venant avec tous damps etc Prononciations (de) serment Renonciations etc faict Annessy dans lhostel de ville présentz honneste Nicolas Puget et Mauris Couvert dudict Annessy tesmoings ayant à ces fins preste le serment de Bourgeoysie à la manière accoustumée »

« Signé Delacombe, Favre, Trombert

« Signé Jacquet »1

1 Archives communales d'Annecy BB 37 f°234

Mais ce n'est qu'à la fin du XVIIe siècle qu'elle s'implante réellement à Seythenex. Son patronyme n'est pas encore clairement établi dans la population puisqu'on trouve encore écrit simplement ODÉ, dans les premiers actes de 1665 et 1667 avec l'ancêtre Jean Guichard ODÉ2 qui a onze enfants avec Nicolarde CLAVEL.

Jean Guichard exploite pendant quelques lustres les fabriques de fer de Seythenex dont il a albergé les droits à l'abbé de Tamié en 1705 sur le ruisseau « Nant du Bart » pour l'usage d'un fourneau et autres artifices pour 100 florins dont une redevance annuelle de 8 florins et une charge de fer pour chaque coulée3.

Joseph fils de Jean Guichard ODÉ puis AUDÉ est définitivement établi à Seythenex où il est né en 1690, au lieu-dit "le Martinet". Il épouse à Faverges, en 1713, Claudine fille du châtelain Antoine COCHET, et cousine du futur recteur de la Sorbonne Jean COCHET, de 7 ans son cadet. Ils auront onze enfants. Deux ans plus tard, il prendra une charge de notaire avec son père, charge qu'il tiendra jusqu'à sa mort en 1747.

Famille ODE Joseph

 

C'est son fils aîné Joseph Philibert AUDÉ qui le secondera puis prendra sa suite de 1735 à 1786.

 

Famille ODE Joseph Philibert
Celui-ci épousera demoiselle Marie Thérèse FAVRE d'une grande famille d'Annecy dont il aura quatre enfants. Il acquiert une notoriété certaine à Faverges puisque les parrain et marraine de leur dernier fils sont le marquis de Faverges et sa soeur, nobles Charles Joseph Joachim et Marie Claudine MILLIET.

C'est un notaire dont l'opulence ne fait pas de doute puisqu'il accuse une fortune de plus de 40 000 livres en 17714 

 Son dernier enfant nommé Charles Marie Joseph Joachim AUDÉ naît le 23 octobre 1758 et sera connu sous le nom de Charles AUDÉ de SION (peut-être en raison d'une alliance avec la famille des nobles de SION, dont son arrière-grand-tante est devenue une épouse en secondes noces, et son père l'un des héritiers). Il effectue son service militaire en Russie jusqu'en 1790, et prend sa retraite avec le grade de major général et meurt à Saint-Pétersbourg en 1838. Son fils unique Charles II Aude de Sion et ses descendants sont restés en Russie.

 

1 Archives communales d'Annecy BB 37 f°234

 2 Suivant un schéma identique, les descendants de Jean Guichard AUDE, marchand de fer à Annecy, vendirent à l'Abbaye de Tamié, pour 15 200 livres, les forges et martinets établis à Seythenex en 1702 [La Savoie au XVIIIe siècle – Noblesse et bourgeoisie de Jean Nicolas- page 113]

3 A.S.T., P.S., Écritures du duché de Savoie, 5e paquet, Patentes du 20 septembre 1753 en faveur de l'Abbaye de Tamié (Références sus-dites)

4 Voir A.S., B 04032 (1771) (Références sus-dites)

Signatures des notaires AUDE

 

Signature de Joseph AUDE, notaire de Faverges de 1715 à 1747

 

Signature AUDE Jh 2E6488 1715

 

Signature de Joseph Philibert AUDE, fils du notaire Joseph AUDE, notaire de Faverges de 1735 à 1786.

 

Signature AUDE-Jh-Ph 1783 2E2529 F°13

 

 

 Possessions du Notaire Joseph AUDE en 1730

 

74123 Tabelles 1738 1G8 0013

 

74123 Tabelles 1738 1G8 0014

 

Implantation des propriétés AUDÉ

au centre ville

 

1730_Possessions-AUDE-copie-1.jpg

Selon la mappe de 1730 et les tabelles correspondantes, le notaire Joseph AUDÉ, bourgeois d'Annecy, possède au chef-lieu de Faverges, huit parcelles en trois lots.

Une grange et un verger sont situés au pré Marchand, soit au-delà de la rue Tendante du Couchant (rue Victor Hugo actuelle).

Dans le mas de la même rue, il possède sa maison d'habitation (parcelle n°1163) avec un jardin (parcelle n°1162) sur le devant et une grange (parcelle n°1166) sur le côté. Son fils François achètera les parcelles contigües n°1164 et 1165 pour faire un tout de l'ensemble. Ces constructions sont au milieu du secteur qui a brûlé dans l'incendie du 19 avril 1783.

L'allée du Four permet au notaire de se rendre dans son jardin (parcelle n°1259) situé sous le château, dans le mas de la Roche, jouxtant sa propre grange (parcelle n°1258) et une petite place (parcelle n°1260). Son fils François se rendra acquéreur également des parcelles contigües n°1254 à 1257, soit d'une grange, de deux maisons et du jardin à l'arrière.

En dehors du chef-lieu, le notaire possède une maison, avec grange, jardin et un pré à Vieux, hameau qui deviendra celui de Viuz actuellement. De plus, il est aussi propriétaire de quelques autres pièces de terre éparses dans le bourg de Faverges, au Villaret, à la Rochette, aux Resses, au Pasquier, à Frontenex, au Fontaine, au Champ Cubet, au Cossion, à la Bornettaz et au Borbollion.

 

2010 Anciennes Possessions AUDE

 

 

Rue Carnot_1950_Vue Est

 

Rue Carnot 1950 Vue EstLa façade de la propriété est celle qui apparaît claire et comporte quatre grandes fenêtres sur deux étages, sur la partie gauche de la rue Carnot.

Un personnage se trouve devant le magasin, légèrement au-delà de la fourgonnette.

 

 

 

Rue Carnot_1950_Vue Ouest

 

 

Rue Carnot 1950 Vue OuestCette vue permet de mieux distinguer les quatre grandes fenêtres sur les deux étages et de constater que le magasin comporte deux grands vitrines de chaque côté de la porte d'entrée, magasin que les anciens Favergiens reconnaîtront comme étant celui de Henri puis de son fils Bernard Mermillod, dans lequel les jeunes mariés trouvaient de quoi achalander leur ménage.

.

Vente de bois par l'Abbaye de Tamié

 

Vente de bois pour Me Joseph AUDE Bourgeois d'Annecy de 6000 Livres

 

L'an mille sept cent quarante un, et le second du mois d'aoust environ une heure après midy au lieu et paroisse de Settenex, et dans la maison du sieur Joseph AUDE par devant moy notaire soussigné présent les témoins sous nommés s'est en personne constitué et établys Rd Dom Jean Jacques BOURBON prestre relligieux, et procureur généralement constitué de la dévote Abbaye de Tamied, fondé de procure du 19 juillet 1739, FATTIN notaire lequel de gré en sadite qualité vend purement et simplement comme mieux faire se peut de droit à Me Joseph fils de feu Sieur Jean Guichard AUDE notaire collégié Bourgeois d'Annecy natif de ladite paroisse de Settenex habitant à Faverges ici présent et acceptant pour luy et les siens scavoir la couppe des bois noirs et blancs appartenants à ladite abbaye situés rière la paroisse de Settenex au lieu appelé les Abérages et Montrion sous leur contenance comme le tout est plus amplement spécifié dans les conventions de main privée sur ce passées entre le Rd Seigneur abbaye de Tamied, et le discret Rd DOM procureur, et le dit Me AUDE et par eux signées le 27 décembre 1739 aux quelles pour ce regard on se rapporte, de même que pour

..//..

le surplus de sept qui ne se trouva icy exprimé et le tout suivant les bornes indiquées par les arbres marqués en taille à la forme d'une croix ; la présente vente faite pour et moyennant le prix et somme de 6000 livres de Savoie à compte de laquelle, le dit Me AUDE en a réellement payé celle de 1000 livres lors desdites conventions, au dit Rd Seigneur Abbé, et procureur de Tamied, et les 5000 livres restantes le dit Me AUDE promet de les payer et se constitue estre tenu à ladite abbaye soit au procureur d'icelle aux termes suivants, scavoir 300 livres au 27 décembre prochain, 300 livres dans deux années suivants, et consécutivement 300 livres d'année en année, l'année toujours révolue jusqu'au parfait payement desdits 5000 livres à peines de tous dommages intérêts et dépens et sous l'obligation et constitution de tous ses bien présents et futurs, et la présente vente aussy faite sous les conventions et conditions suivantes scavoir que le dit Me AUDE fera, ou fera faire la coupe desdits bois dans l'espace de 50 années, jà commencées dès la datte desdites conventions et commencera à faire la coupes desdits bois dans la forêt et pente voisine et faisant de long en long du côté de Settenex, confins au pacqueage de la montagne de l'haut de Settenex appartenant à ladite abbaye ; ladite couppe faitte ledit Me AUDE ny les ouvriers n'auront plus rien à faire sur la place

..//..

desdits bois couppés, les ouvriers soit charbonniers dudit Me AUDE ne pourront tenir au plus de cinq chèvres [pour chaque homme travaillant à charbonné, ut supra] maintenant ledit révérend DOM procureur la couppe desdits bois au dit Me AUDE et aux siens libre et débrigué envers et contre tous en tous cas de moleste sur les ditsbois et proteste le dit Me AUDE de tous cas d'ouailles de droit comme est porté par lesdites conventions ; ainsy le tout ce que dessus entre lesdites parties a esté convenû et arrêté, qui ont promis par leurs mutuelles et réciproques stipulations et acceptations d'avoir le présent, et tout son contenu pour agréable, et de ne venir au contraire [et par express par ledit Seigneur vendeur de faire avouer le présent par les supérieurs de ladite abbaye en cas de besoin ] aux mêmes peines obligations et constitutions de biens que dessus ledit révérend DOM procureur ceux de ladite abbaye en vertu de sa dite de procure, et le dit Me AUDE les siens propres soumissions renonciations et clauses requises.

..//..

fait et prononcé au lieu que dessus en présence de Rd Sieur Antoine Dussollier prêtres Altarien natif de la paroisse de Leschaux habitant de la paroisse de Settenex et d'honorable François Adrian Philippon natif et habitant de la ville de Faverges témoins à ce requis

Signé Bourbon, Rd et procureur de Tamié, Dussollier prêtre présent, Philippon présent.

Signé AUDE notaire

témoin avec lesdits témoins ont cydessus signés et moydis notaire soussigné à ce que dessus recevoir requis contenant trois pages y compris mon verbal dèz le feuillet 43 au feuillet 44 de ma minutte

Signé SADDIER notaire

[Vente de Bois pour Joseph AUDE_6000 Livres_2E2585_1741]

 



Partager cet article

Repost 0
Published by Pajani Bernard-Marie - dans Livre "Familles Favergiennes"
commenter cet article

commentaires

BERTHET 22/03/2015 17:25

Les AUDÉ dit de Sion ont une descendance en Russie (avant tout des militaires). Charles né 01.08.1753 général russe, surnommé "le moine bénédictin soldat" a eu DEUX fils Charles Constantin et Charles Frédéric tous membres de la franc maçonnerie.

Pajani Bernard-Marie 22/03/2015 21:16

Bonjour,
Selon le Dr Michel Francou, il existe 4 branches Audé (ou ODDA) en Savoie : à Lanslebourg, Annecy-Faverges, Modane et Presles-Chambéry. Ces derniers descendent de Pierre, notaire à Modane (+ av.1656) ; ceux d’Annecy-Faverges viennent de Claude (celui de mon article) fils de Claude notaire à Lanslebourg en 1601, lui-même fils de Claude ODDA vivant en 1561 à Lanslebourg ; ce dernier fils de Jacques ODDA (+ av.1561) de Lanslebourg.
Aussi, les Audé – Audet – Odé – Oda – Odaz – Odda – Oddé – sont originaires de Maurienne où ils sont présents dès 1318 (comptes de subside) à Aussois où l’on y compte six foyers, ainsi qu’à Lanslebourg (1318) et à Sollières (1346). Ils n’apparaissent à Modane qu’en 1601.
Bien cordialement.

Pajani Bernard-Marie 30/06/2014 14:26


Bonjour,
Selon le Dr Michel Francou, il existe 4 branches Audé (ou ODDA) en Savoie : à Lanslebourg, Annecy-Faverges, Modane et Presles-Chambéry. Ces derniers descendent de Pierre, notaire à Modane (+
av.1656) ; ceux d’Annecy-Faverges viennent de Claude (celui de mon article) fils de Claude notaire à Lanslebourg en 1601, lui-même fils de Claude ODDA vivant en 1561 à Lanslebourg ; ce dernier
fils de Jacques ODDA (+ av.1561) de Lanslebourg.
Aussi, les Audé – Audet – Odé – Oda – Odaz – Odda – Oddé – sont originaires de Maurienne où ils sont présents dès 1318 (comptes de subside) à Aussois où l’on y compte six foyers, ainsi qu’à
Lanslebourg (1318) et à Sollières (1346). Ils n’apparaissent à Modane qu’en 1601.
Bien cordialement.

Christophe 27/01/2013 11:27


Bonjour


Je descend d'une Audé de Modane et je fais mon arbre généalogique depuis quelques année ; d'après un mail d'un ami, il y aurait bien un lien direct entre les Audé de Modane et ceux d'Annecy ;
auriez vous un indice dans ce sens de votre coté ?


Vous pouvez prendre connaissance de mes informations sur mon blog.


Cordialement,


Christophe

Présentation

  • : Le blog d'un écrivain savoyard
  • Le blog d'un écrivain savoyard
  • : Activité littéraire de l'auteur. Activité des collectionneurs philatélistes, timbrés, cartophiles, génalogistes,... des Sources du Lac d'Annecy - Pays de Faverges (Haute-Savoie). Le contenu de ce site est protégé par un droit d'auteur. Cependant il est autorisé de réaliser des copies pour votre usage personnel en y joignant un lien et après autorisation préalable de l'auteur.
  • Contact

Profil

  • Pajani Bernard-Marie
  • J'ai parcouru tout le territoire savoyard, d'Ugine à Thonon, en passant par Faverges, La-Roche-sur-Foron, Bonneville, Albertville, Sevrier, Annecy pour revenir à Faverges.
Je suis aussi à la recherche des camarades des classes fréquentées.
  • J'ai parcouru tout le territoire savoyard, d'Ugine à Thonon, en passant par Faverges, La-Roche-sur-Foron, Bonneville, Albertville, Sevrier, Annecy pour revenir à Faverges. Je suis aussi à la recherche des camarades des classes fréquentées.

Compteur

un compteur pour votre site

Recherche