Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 09:00

L'ignominie consiste à établir sa propre vérité à partir des faits réels. L'esprit retord de la manipulatrice, son machiavélisme lui fait inventer une situation en dépit des réalités tangibles.

« Mme possède un vrai talent pour se faire plaindre, pour faire pleurer sur son sort et n'a aucune empathie pour les autres sinon de façade. J'ai observé qu'elle ne supporte pas les critiques, qu'elle fuit habilement les sujets gênants pour elle tout en ayant un côté exibitionniste.

Cette femme qui s'est montrée très tendre et généreuse au tout début de notre relation, est devenue exigeante et brutale au fil du temps, tout en prenant la peine de déguiser les motifs de ses agissements sous un raisonnement logique et bienveillant en apparence. »

Ainsi, étant dénoncée au tribunal administratif pour les insultes qu'elle proférait à longueur de journée au visage et aux oreilles de son mari, insultes obscènes impliquant sa belle-mère et sa belle-fille (on devine facilement lesquelles), elle ose répondre au tribunal que :

« Les termes indécents (de mon mari) ne sont sans doute que le reflet de son esprit et de sa propre construction mentale pour nier l'existence de l'autre. Il a pour habitude de prêter à autrui ses propres paroles et ses propres agissements (par exemple : la 1ère insulte soulignée est celle qu'il a inscrite sur le mur du salon ... le 22 mars 2005 . »

Elle relate ainsi des faits qu'elle attribue à son mari alors qu'elle en est elle-même la source, la responsable, l'instigatrice...

 

Témoignage vivant :

En effet, l'insulte préférée « Sale connard de putin de merde de .... » que JESS proférait à répétition et qu'elle a découverte, inscrite sur le mur du salon, a fait l'objet de sa part d'une demande de réparation, en présentant au tribunal de grande instance, une facture pour remboursement des frais de ravalement. Mais son avocate lui a fait sans doute comprendre qu'elle devait revenir sur terre car elle aurait dû justifier la réalité de la dégradation en présentant la photo correspondante, ce qui aurait fait un peu « tache » dans son dossier.

Aussi s'est-elle bien gardée de renouveler sa demande pour ne pas fournir la preuve de la réalité de ses propres obscénités !

N'ayant fait preuve d'aucune empathie envers son mari, hospitalisé durant 11 mois, en prenant quatre mois de vacances à la mer durant ce laps de temps, cette femme n'a, par la suite, fait preuve d'aucune compassion lorsqu'il se déplaçait en béquilles, il n'est pas étonnant que maintenant, elle n'éprouve aucun remords à son comportement ignoble.

Cette femme a été le néant affectif personnifié, sans altruisme, sans chaleur. Elle est le néant absolu. Rien ne la freinera, pourvu qu'elle prenne son plaisir à faire du mal.

(à suivre in "Le harcèlement conjugal" de Marc-Robert CONSTANT)

Partager cet article

Repost 0
Published by Pajani Bernard-Marie - dans Livre "Leçons de vie"
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'un écrivain savoyard
  • Le blog d'un écrivain savoyard
  • : Activité littéraire de l'auteur. Activité des collectionneurs philatélistes, timbrés, cartophiles, génalogistes,... des Sources du Lac d'Annecy - Pays de Faverges (Haute-Savoie). Le contenu de ce site est protégé par un droit d'auteur. Cependant il est autorisé de réaliser des copies pour votre usage personnel en y joignant un lien et après autorisation préalable de l'auteur.
  • Contact

Profil

  • Pajani Bernard-Marie
  • J'ai parcouru tout le territoire savoyard, d'Ugine à Thonon, en passant par Faverges, La-Roche-sur-Foron, Bonneville, Albertville, Sevrier, Annecy pour revenir à Faverges.
Je suis aussi à la recherche des camarades des classes fréquentées.
  • J'ai parcouru tout le territoire savoyard, d'Ugine à Thonon, en passant par Faverges, La-Roche-sur-Foron, Bonneville, Albertville, Sevrier, Annecy pour revenir à Faverges. Je suis aussi à la recherche des camarades des classes fréquentées.

Compteur

un compteur pour votre site

Recherche