Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 05:02

La « machine à vapeur » est le dernier avatar du roi des enfers parcourant le monde pour rassembler tous les mauvais sujets destinés à la fournaise. Jusqu'à une période récente, il se contentait de leur faire piquer une tête au fond de sa brouette. Les progrès de la technique lui ont permis d'investir dans le chemin de fer et de rentabiliser ses tournées.

Dans les chansons, certaines professions ont du mal a entrer au paradis, tels les fameux « cercliers de barrique ». En revanche, le billet pour l'enfer s'obtient sans difficultés. Chacun en prend pour son grade et ses défauts. Métiers de bouche et artisans ruraux sont les premiers cités. Le meunier vient en tête ; normal dans une société où le pain est encore l'aliment essentiel.

C'est bien une société rurale que nous décrit cette chanson. Pour autant, elle ne semble pas faire partie des textes dus à la tradition orale. La longueur et l'organisation des couplets, le vocabulaire employé nous font penser à une composition d'un chansonnier, qui a pu être diffusée sur une feuille volante. L'argument qui plaide en faveur de ce mode de diffusion c'est que partout où on la retrouve, la même base et les mêmes paroles sont utilisées. C'est le cas pour les deux versions collectées en Loire-Atlantique, mais aussi pour d'autres trouvées dans l'est, en Auvergne, en Vendée et jusqu'au pied du Mont Blanc, versant italien, en vallée d'Aoste (1). Les variantes rencontrées sont plus le fait d'ajouts de couplets, chacun y allant de son inspiration pour brocarder les professions qui le méritent : vignerons, bijoutiers, chaudronniers, meuniers, boulangers, charcutiers, financiers et banquiers, etc.

Marius Barbeau, le fameux folkloriste québécois, nous donne son opinion (2) :« Elle fut sans doute diffusée en France et au Canada par l'imagerie, comme elle se rattache aux métiers que les faiseurs d'images en papiers se plaisaient à graver sur des feuilles volantes. Plus précisément elle semble appartenir à l'imagerie d'Orléans, dont Louis Duchartre et René Saulnier ( 3 ) parlent en ces termes : un placard...intitulé L'ordre que les criminels doivent tenir à la Procession générale ». Barbeau en reproduit une version à 22 couplets, composée par un certain Adélard Lambert et annotée : paroles de sir Constance et musique de Jean Frémis. Elle va bien au delà des métiers et promet l'enfer aux électeurs, aux commères, aux vieilles filles...Mais le voyage s'y fait « en voiture », à cheval ou à moteur, on ne le sait pas.

Dater précisément le texte original est aléatoire. Bien sûr, il est postérieur au premier tiers du 19ème siècle et à l'apparition du chemin de fer. C'est le mot wagon qui nous renseigne. Car la machine à vapeur est arrivée bien avant dans les campagnes. En Loire-Atlantique, la première machine à vapeur pour un usage industriel, est implantée dans les mines de charbon de Montrelais en 1747. L'analogie entre le foyer de la machine à vapeur et les flammes de l'enfer est évidente. Elle donne un coup de jeune à cette chanson type qui finissait jusqu'alors par un voyage dans la brouette à Satan.

Malheureusement, la mauvaise idée d'entasser des humains dans des wagons pour les conduire vers l'enfer a été reprise par d'autres. Comme quoi le cabaretier n'est pas responsable de tous les maux. Si l'eau de Vichy soigne le foie, elle ne fait rien pour les boyaux de la tête.

A ce propos, n'attendez pas que le stock soit épuisé pour commander notre CD « chants des plaisirs de la table ».

Ses 23 chansons... Mieux qu'une cure d''eau minérale

Vous redonneront toutes le moral

Et si vous ne les savez pas par cœur

Montez dans la machine à vapeur !!!

interprète : Jean-Louis Auneau + réponses

sources : 1 - collectage de Patrick Bardoul à Ruffigné en 1981 (chanteur non identifié) – 2 – Mme Marguerite Lemaitre de Saffré en 1984, publié dans le livret du cercle celtique de Nort sur Erdre « chansons du peuple de Haute-Bretagne, région de Nort sur Erdre »

catalogue Coirault : 6416-1 – le diable est sorti de l'enfer

catalogue Laforte : IV, Ha-01 – les corps de métier

Dastum 44 : 148 – La machine à vapeur

Un jour Satan au fond des enfers

Dit : je suis seul et je m'ennuie

Camarades, parcourons l'univers

Pour lui trouver de la compagnie

Il faudra tâcher d'attraper

Tous ceux qui s'appliquent à duper

Et chacun d'eux se fera l'honneur

D'entrer dans la machine à vapeur

Premièrement je vais dire au meunier

Contre toi le peuple murmure

Du bon froment on vient te confier

Et tu lui prends triple mouture

Tu oses encore sans façons

Prendre la farine et rendre le son

Puisque chacun te dit voleur

Monte dans la machine à vapeur

Cabaretier qui met l'eau dans le vin

Examine ta conscience

Combien de gens qui vivaient si bien

Maintenant sont dans l'indigence

Combien d'enfants ont faim et froid

Devant les portes par rapport à toi

De leurs tourments tu es l'auteur

Monte dans la machine à vapeur

Cher tisserand n'allonge plus le bras

pour y faire rouler ta navette

Car avec nous il faut marcher au pas

Dans le wagon ta place est prête

On sait bien que tu as le défaut

De garder pour toi le fil le plus beau

Mais je te le promets de bon cœur

Monte dans la machine à vapeur

Cordonnier pour gagner des écus

Tu sais te servir de mensonges

Tu dis que tu fais des souliers bien cousus

Ils tirent l'eau comme une éponge

Tu dis : longtemps ils dureront

Et en huit jours les coutures s'en vont

Voilà les traits d'un escroqueur

Monte dans la machine à vapeur

Cher maréchal, ta forge il faut quitter

Car avec nous il faut que tu montes

On te confie de beaux aciers

Tu les gardes tout pour ton compte

Et dans les champs, l'on crie souvent

Le maréchal a volé mon argent

Tu as fraudé le laboureur

Monte dans la machine à vapeur

Et toi, mon ami le tanneur

A quoi te sert de nous faire attendre

A nos yeux tu ne pourras te cacher

A deux heures il faudra te rendre

De peser le cuir avec l'eau

On sait bien que c'est pas du nouveau

Mais l'eau sera plus rare ailleurs

Monte dans la machine à vapeur

Toi le boucher, tu es rempli de défauts

Il faut que je te les déclare

Sans pitié tu tues les animaux

Oh, que tu as le cœur barbare

Et tous tes clients, sans façon

Tu les arranges avec raison

Tu pèses sans scrupules et sans peur

Monte dans la machine à vapeur

-----------------------------------------

1 chanté par la famille Bibois, à Cogne (Val d'Aoste) – enregistrée en 1956 par Sergio Liberovici,

2 Marius Barbeau – Le roi boit, page 563 – musées nationaux du Canada 1987

3 référence à : Pierre-Louis Duchartre et René Saulnier, l'imagerie populaire, Paris, librairie de France, 1925

De nos jours, en 2016, un chansonnier ferait sa gloire en dénonçant les excès de personnages comme

- les politiques qui trempent leurs mains dans le bol de confiture,

- les patrons d'entreprise aux rémunérations exorbitantes, et qui pourtant ne mangent que trois fois par jour, comme tout citoyen,

- les sportifs aux salaires à sept voire huit chiffres,

et, au bas de l'échelle,

- les m'as-tu vu qui piétinent leurs voisins pour tenter de grimper ...

.............

.............

Partager cet article

Repost 0
Published by Pajani Bernard-Marie - dans Histoire locale
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d'un écrivain savoyard
  • Le blog d'un écrivain savoyard
  • : Activité littéraire de l'auteur. Activité des collectionneurs philatélistes, timbrés, cartophiles, génalogistes,... des Sources du Lac d'Annecy - Pays de Faverges (Haute-Savoie). Le contenu de ce site est protégé par un droit d'auteur. Cependant il est autorisé de réaliser des copies pour votre usage personnel en y joignant un lien et après autorisation préalable de l'auteur.
  • Contact

Profil

  • Pajani Bernard-Marie
  • J'ai parcouru tout le territoire savoyard, d'Ugine à Thonon, en passant par Faverges, La-Roche-sur-Foron, Bonneville, Albertville, Sevrier, Annecy pour revenir à Faverges.
Je suis aussi à la recherche des camarades des classes fréquentées.
  • J'ai parcouru tout le territoire savoyard, d'Ugine à Thonon, en passant par Faverges, La-Roche-sur-Foron, Bonneville, Albertville, Sevrier, Annecy pour revenir à Faverges. Je suis aussi à la recherche des camarades des classes fréquentées.

Compteur

un compteur pour votre site

Recherche